4 Mai

Pourquoi Michelle Obama soutient les filles à fromages…

La comédienne Julie Boulanger et son plateau de Délices de Pommard aux sons de moutarde. Photo : Sophie Carre et Vincent Lappartient.

La comédienne Julie Boulanger et son plateau de Délices de Pommard. Photo : Sophie Carre et Vincent Lappartient.

En guerre contre la fausse bouffe, la First Lady vient d’offrir un joli coup de pouce à « Mounia et ses filles à fromages » dont la nouvelle expo a débuté à New-York.

Sacré Michelle ! En virant de la Maison-Blanche l’horrible poudre de fromages (70% de croûtes ionisées) utilisée dans certains macaronis en boite aux USA, la première dame a-t-elle voulu donner un discret coup de pouce discret au « filles à fromages », ce vaste mouvement féminin autour « du charme, la grâce et l’élégance des fromages français » ? C’est en tous cas ce que beaucoup d’entre elles ont voulu croire lorsque la dirigeante de la campagne anti-obésité « Let’s move » (« Bougeons ») déclarait il y a quelques semaines aux journalistes du magazine « Cooking Light » : « La poudre de fromages n’est pas de la vraie nourriture. Si nous voulons manger des macaronis au fromage, nous les cuisinerons avec du vrai lait et du vrai fromage. » Fichtre… Pour Mounia Briya, la co-fondatrice du cercle de femmes gourmandes « Mounia et ses filles à fromages », dont la première expo (« 100% sport ») débutait il y a quelques semaines à New York, c’est clairement le signe d’une nouvelle disposition des américaines à l’égard des fromages français. « Beaucoup d’entre elles se rendent compte que le french paradox, cette culture du vin et des produits du terroir qui fait de nous des femmes avec un équilibre de vie et une vraie sensualité à table, passe aussi par les fromages comme le Munster, le Camembert, le Reblochon, le Valençay ou le Saint-Nectaire fermier. » Bonne pioche ? Les dix sept athlètes françaises (dont la sprinteuse olympique Muriel Hurtis et l’incroyable Elodie Clouvel, championne de Pentathlon moderne), photographiées par Sophie Carre et Vincent Lappartient, sont la preuve vivante qu’on peut péter la forme et afficher les courbes (sexys) d’un Gaperon, en savourant une tranche de Maroilles et de Livarot dans son café ou sur son croissant. De là à ce que Michelle Obama rejoigne les « filles à fromages », il n’y a plus désormais que l’épaisseur d’une tartine beurrée.

www.mouniaetsesfillesafromages.com

« Les filles à fromages, Saison 2, une exposition 100% sport », actuellement au French Cheese Board de New-York. http://frenchcheeseboard.com

Olivier Malnuit

 

16 Mar

L’esprit du cabaret souffle sur les « filles à fromages »

La danseuse du Crazy Horse Ornella Damperon et son Coeur de Neufchâtel préféré, entre deux répétitions.

La danseuse Ornella Damperon et son Coeur de Neufchâtel préféré, entre deux répétitions.

Parmi les dix-sept sportives réunies par « Mounia et ses filles à fromages », on compte les danseuses des deux plus grands cabarets parisiens… C’est Alphonse Allais qui doit se retourner dans sa tombe !

Immense succès jeudi dernier à Paris pour le vernissage de l’exposition « 100% sport », organisée à la Milk Factory par le nouveau cercle de femmes belles et gourmandes « Mounia et ses filles à fromages ». Près de 600 personnes, parmi lesquelles la sprinteuse Muriel Hurtis, l’incroyable Elodie Clouvel, championne de pentathlon moderne aux allures de James Bond Girl avec une tartine beurrée en guise de pistolet, la championne de danse sur glace Nathalie Pechalat (et compagne de Jean Dujardin) ou encore la volleyeuse Victoria Ravva (Championne de France avec le RC Cannes) sont venues célébrer les noces moelleuses du camembert et du sport féminin, devant les images fruitées et cendrées des photographes de mode Sophie Carre et Vincent Lappartient. Surprise ! Parmi les portraits des dix-sept sportives habillées par la créatrice Romina Scarpeccio, on pouvait découvrir deux danseuses qui n’ont rien à voir avec le patinage synchronisé puisque les deux exercent dans les deux plus grands cabarets parisiens. « C’était notre volonté de montrer que la culture de l’effort et du surpassement de soi, associée au plaisir des fromages français, se développe aussi bien sur la scène d’un cabaret que sur les pistes d’un stade », explique Mounia Briya, la co-fondatrice du cercle « Mounia et ses filles à fromages ». A raison de plusieurs dizaines heures d’entrainement par semaine, il faut dire que les danseuses Ornella Damperon et Mathilde Tutiaux n’ont rien à envier à la forme olympique de leurs consœurs à fromages. « On a souvent tendance à croire que les danseuses sont toutes des anorexiques qui ne mangent que de la salade. Mais en tant que show-girl, je me dois d’avoir un corps harmonieux, ni trop ronde, ni trop mince », a déclaré Mathilde Tutiaux. « Et dès qu’on me parle de fromage et de pain frais, vous pouvez voir un petit sourire apparaître sur mon visage ». « Mon plat préféré ? Un bon plateau de fromages », ajoute Ornella Damperon. « Entre amies, c’est encore plus savoureux ». Du Saint-Nectaire en crampons au Munster en talons haut, il n’y avait donc qu’un petit pas que « Mounia et ses filles à fromages » ont franchi ensemble. Le temps d’un apéro. O.M.

Milk Factory, 5 rue Paul Bert (Paris 11è). www.lamilkfactory.com

12 Mar

Muriel Hurtis, une « fille à fromages » comme les autres

La championne Muriel Hurtis avec un demi Gaperon. Photo : Sophie Carre et Vincent Lappartient.

Muriel Hurtis avec son demi Gaperon à l’ail rose. Photo : Sophie Carre et Vincent Lappartient.

Malgré une carrière sportive des plus intenses (on ne compte plus les médailles), la sprinteuse française n’a jamais cessé d’être une dingue de camembert et de gaperon fermier…

« Le sport ? Ca ne m’intéressait pas vraiment. A l’école, je trouvais même ça un peu ringard », rigole souvent la sprinteuse Muriel Hurtis en évoquant ses premières foulées à l’UNSS (Union Nationale du Sport Scolaire). Aujourd’hui, la championne du monde de relais 4 X 100 mètres, championne du monde de 200 mètres en salles, championne de France de 400 mètres (on pourrait continuer longtemps ainsi, tellement la liste est longue…) se prépare à devenir  psychomotricienne après 15 ans d’une carrière au top niveau. Et pourtant, entre une vie d’entrainement intensif et un régime d’athlète sous pression, cela n’a jamais empêché celle qu’on appelait, à juste titre, « la reine du chrono » d’être une fondue de mode, de musique et… de fromages français. « C’est tellement rare d’associer gourmandise et sport que je ne pouvais pas, à mon tour, devenir une fille à fromages », explique la jeune maman d’un Leyhan de 6 ans et demi, devant un dôme de Gaperon (le roi des fromages d’Auvergne à l’ail rose de Billom). Réunie par le cercle de femmes gourmandes « Mounia et ses filles à fromages » avec seize autres sportives, elle est l’une des stars de la nouvelle expo photo des « Filles à fromages » (Saison 2, une exposition 100% Sport, par Sophie Carre et Vincent Lappartient), à la Milk Factory du 13 Mars au 20 Avril 2015. O.M.

Milk Factory, 5 rue Paul Bert, Paris 11è. www.lamilkfactory.com

10 Mar

A Camille, Florence et Alexis….

Mounia Briya et son célèbre "goûter au saint-Nectaire, dans l'exposition "100% Sport" des "Filles à fromages".

Mounia Briya et son célèbre « goûter au saint-Nectaire, dans l’exposition « 100% Sport » des « filles à fromages ».

Entre tartines et larmes, les « filles à fromages » rendront hommage Jeudi soir à Camille Muffat, Florence Arthaud et Alexis Vastine, brutalement disparus en Argentine.

Mettre en lumière des sportives d’exception autour de leur passion des fromages, ces vies d’abnégation et d’efforts, concentrées sur l’instant de vérité d’une compétition et d’une médaille… C’est toute l’idée de la nouvelle exposition des « filles à fromages » (Saison 2, une exposition 100% sport)  avec la crème des athlètes françaises (Muriel Hurtis, Nathalie Péchalat, Victoria Ravva, etc), réunies par notre nouveau cercle de femmes gourmandes « Mounia et ses filles à fromages », à la Milk Factory. Et voilà que l’actualité de ces dernières heures, tragique, injuste, épouvantable, vient endeuiller le sport français et la nation toute entière, après la disparition de dix personnes en hélicoptère sur le tournage d’une émission en Argentine, dont la championne de natation Camille Muffat que nous avions justement sollicitée pour cette exposition, la navigatrice Florence Arthaud et le boxeur olympique Alexis Vastine. Toutes les « filles à fromages » que j’ai l’honneur de représenter et moi-même, sommes dévastées, effondrées par la nouvelle. Nous adressons nos pensées émues et attristées à leur famille, leurs proches et leurs fans (dont nous n’étions pas les moins enthousiastes). La brutalité avec laquelle le sort nous les a enlevés, rappelle à quel point les sportives et les sportifs de notre pays sont parfois des héros méconnus, aux vies parsemées d’épreuves et de sacrifices pas toujours bien connus du public. Comme le disait, en forme de boutade, Camille Muffat : « C’est moi qui m’entraine le plus ! ». Pour elle, cela voulait dire six heures par jour dans l’eau, sept jours sur sept. Avant de raccrocher les maillots à 24 ans, pour tenter de retrouver une vie normale. Une vie trop courte. Paix à son âme, à Florence, Alexis et tous les autres. Ensemble, nous aurons toutes quelques mots tendres pour eux Jeudi soir, pendant le vernissage des « filles à fromages ». Ce qui devait être une fête le restera, c’est probablement ce qu’ils auraient souhaité, mais nous n’aurons pas de tartines assez grandes pour pleurer. Salut les artistes ! Nous sommes toutes des « filles à fromages ». Et vous aussi, même (et surtout) au paradis.

Mounia Briya

 

10 Mar

Les « Filles à fromages » sont de retour et elles font du… sport !

Elodie Clouvel, médaille d'Or de pentathlon moderne, aux prises avec un Petit Vinageois de la Vallée de la Lys.

Elodie Clouvel, médaille d’or de Pentathlon moderne, aux prises avec un Petit Vinageois de la Vallée de la Lys.

Toujours plus belles et gourmandes, les amazones des fromages reviennent avec la crème des athlètes françaises pour une séance d’entrainement à la Milk Factory. Préparez vos tartines…

C’est reparti pour une deuxième saison des « Filles à fromages » ! Après leur tournée triomphale aux Etats-Unis et en Asie (expo à Los Angeles, New-York, Tokyo, etc), ces femmes belles et gourmandes qui ont placé leur amour des fromages français au cœur de la féminité et de la séduction, reviennent à Paris avec un nouveau cercle (« Mounia et ses filles à fromages »), de nouveaux photographes (Sophie Carre et Vincent Lappartient) et une nouvelle exposition « 100% Sport » à la Milk Factory, la pop-up galerie des produits laitiers, dont le vernissage aura lieu le Jeudi 12 Mars de 19h à 21h. Réunie autour de la restauratrice Mounia Briya (Les Portes, Paris 11è), la crème des sportives françaises, parmi lesquelles Muriel Hurtis (Championne du monde de 4X 100 mètres), Nathalie Pechalat (Championne d’Europe de danse sur glace), Victoria Ravva (Championne de France de Volley-Ball) et Elodie Clouvel (Championne de France de Pentathlon moderne), est venue rejoindre cette nouvelle vague féminine et irrésistible sur l’amour des croûtes fleuries et du moelleux fondant. « C’est tellement rare d’associer sport et gourmandise que je ne pouvais pas rater un tel rendez-vous », a confié Muriel Hurtis à toutes les « Filles à fromages » de France, dont les incontournables Maya Lauqué (France 5), Elizabeth Tchoungui (France O), Delphine Depardieu, Donia Eden, Julie Boulanger, etc. Ca va fouetter ! O.M.

Les filles à fromages (saison 2), une exposition 100% sport, du 13 Mars au 20 Avril 2015 à la Milk Factory, 5 rue Paul Bert (Paris 11è).

www.lamilkfactory.com